Nouvelle création

Merci bien pangolin !

Karine C
revient avec un nouveau one-woman-show super d’actualité !

Après nous avoir parlé des relations humaines, de couple, de divorces, de famille, de parents, de nos vies hyper-connectées, Karine C revient cette fois nous parler d’un sujet brûlant : nos vies depuis mars 2020 ! Avec une édition spéciale plus « actu » qui n’appartient plus tout à fait au quotidien mais qui n’est encore pas complètement passée tout en faisant déjà partie de l’Histoire. Et ça tombe bien, des histoires, Karine C, elle en a des tas à nous raconter…

Débordante d’énergie, elle n’allait pas rester les bras croisés à attendre la réouverture des salles de spectacle.
Alors elle s’est remise à l’écriture pour nous livrer, en aparté, sa vision de tout ce grand bazar. Cette vie de tout le monde, entre parenthèse, elle l’a scrutée, espionnée, décortiquée, analysée et nous a compilé tout cela.
Avec sa plume et son humour si subtil, elle nous fait un topo, une petite rétrospective savoureuse de cette dernière année pour le moins inattendue. Avec des parallèles tellement (im)pertinents qu’on n’aurait même jamais osé les imaginer, des digressions toutes plus drôles les unes que les autres, et l’arrivée impromptue au gré de sa fantaisie des personnages croustillants qu’elle « croque » à souhait. Touchante, touchant parfois à l’absurde, tout ce qu’on aime.
Sans jamais porter de jugement, en apportant simplement son intelligence de cœur à l’analyse et ses nombreux questionnements, elle parle surtout de nous, des gens, dans la vraie vie… et même des membres du conseil fédéral imaginés en héros de série…
Bref de nos vies depuis plus d’un an.

Marc Donnet-Monay, qui collabore sur ce projet à la mise en jeu, dit de ce spectacle qu’il est drôle, léger, bienfaisant… et touchant.

Et le pangolin alors dans tout ça ?!… On ne saura probablement jamais. Mais pour ces moments de rire ensemble qu’on va partager avec Karine C…

… merci bien pangolin !

Karine C se wifi de tout

Après les très grands succès de ses deux premiers spectacles « Pourquoi les filles ne s’épilent jamais le premier soir » et « Y a pas de femme au foyer sans feu », KARINE C revient avec son 3ème seul en scène.

Dans ce nouveau one-woman-show, KARINE C nous emmène dans un univers différent, celui de nos quotidiens connectés, hyper-connectés et parfois déconnectés. Parce qu’on vit aujourd’hui un peu, beaucoup, passionnément via internet. On consulte, on rencontre, on échange, on voyage, on aime, on déteste… en ligne. Bref, on surfe comme on respire !

KARINE C observe et interroge notre société d’aujourd’hui, se rappelant celle d’hier et évoquant celle de demain. Et au travers de son regard et de ceux de sa galerie de nouveaux personnages, allant de la « pouf 2.0 hyperonnectée » à la mère hypocondriaque maniaque, en passant par à l’ado qui a le « seum », entre autres, elle nous nous redonne tout ça, avec sa plume et son humour si personnels, toujours subtile, souvent caustique et parfois piquante.

Et nous, on en profite pour s’offrir 1h20 de déconnexion !

Karine C est une révélation. C’est une nana qui débarque un jour, comme ça, l’air de rien, et qui écrit avec un talent fou et instinctif. Karine dégage un truc naturel, elle semble douée d’une aisance déconcertante pour décortiquer nos faiblesses et ambiguïtés. Le temps de son spectacle, elle devient notre amie qui nous livre ses confidences et ses observations pertinentes. Une fille qui sait beaucoup rire d’elle-même et, encore plus fort, rire de nous sans user de moqueries ni vulgarités faciles.

Guider Karine dans son dernier spectacle fût un énorme plaisir et défi. (…) Il faut l’encrer dans le terreau de ses textes qu’elle a écrit à merveille pour qu’elle en fasse goûter toute la saveur. Quand tout est réuni, c’est une bulle d’humour unique qui nous éclate à la figure et nous rafraîchît.
Le petit mot de Karim Slama (collaboration artistique)

Voir les dates
Voir ce qu'ils en disent
Y a pas de femme au foyer sans feu

Y a pas de femme au foyer sans feu

C’est le titre de son second spectacle, créé et co-produit par le Théâtre du Pommier à Neuchâtel en octobre 2016, à la demande de son directeur Roberto Betti.
 Avec la mise en scène de Frédéric Martin, l’humoriste nous narre la suite de ses aventures conjugales et nous parle avec mordant de son nouveau statut : celui de parent et des drôles de questions qui vont avec. Et comme l’histoire se répète, elle est de retour pour une énième fois sur le marché du célibat ! Mais cette fois en mode « wonder maman » (ou plutôt en mode wonderbra !) Et ca change la vie !

Vive, subtile, caustique et mordante, Karine C est toujours prête à décortiquer nos petits moments et nos vies avec beaucoup d’amour et d’humanité.

LES MOTS …
Du metteur en scène:

« Karine C… Eh bien voici une rencontre passionnante tant humaine qu’artistique. Il y a tout d’abord la femme-auteur qui cisèle, réfléchi, dissèque, mastique, respire ses textes et l’humoriste qui défend son identité de femme du XXIème siècle pour le plus grand plaisir de tous.

Mon job de metteur en scène consiste ici à arranger, à harmoniser le tout afin que Karine C puisse être au mieux avec son art et son public.
Que du bonheur ! »
Frédéric Martin

Et du directeur du Théâtre du Pommier:

« Karine C.
C pour curieuse
C pour chaleureuse
C pour captivante
(…)
C et plus encore
C. nous entraîne dans un univers drolatique et cocasse.
Celui de la vie d’une femme, de ses amours et ses détours, avec un regard et une autodérision qui vaut la peine qu’on s’y intéresse ! »
Roberto Betti / directeur / Théâtre du Pommier

Voir les dates
Voir ce qu'ils en disent

Pourquoi les filles ne s'épilent jamais le 1er soir

Dans son 1er spectacle, Karine C. nous livre l’histoire d’une trentenaire célibataire, mariée, divorcée, re-célibataire, remariée et à nouveau divorcée. Elle nous invite à une réunion entre copines. Si les filles s’y reconnaissent, ce spectacle donne surtout l’occasion aux garçons d’assister aux types de soirées auxquelles ils ne sont jamais conviés.

Voir les dates
Voir ce qu'ils en disent
Et encore…

Et encore…

Peintre à ses heures perdues, elle expose entre deux représentations, les toiles sont une autre manière d’exprimer l’observation du monde et des émotions.

Chroniqueuse presse après la radio, elle écrit en permanence et ses petits carnets regorgent de projets à porter sur scène pour d’autres ou elle… ou sur vidéo. A suivre.